« Médecins du Désert » (MDD) est une association sans but lucratif que des amis Lions ont constituée en 2002 sous la présidence de Jules Gazon, professeur émérite à l’Université de Liège. Son objectif premier était de rendre la vue aux plus démunis d’Afrique du Nord en les opérant de la cataracte. L’association a alors constitué une équipe de spécialistes et un réseau de sponsors de façon à financer et à mener ses missions à bien.

Plus tard, l’asbl a élargi son champ d’action pour intervenir jusqu’en Afrique sub-saharienne en faveur de jeunes femmes atteintes de fistules vésico-vaginales, également appelées fistules obstétricales. C’est une des conséquences les plus graves d’un accouchement compliqué. Le travail est souvent bien trop long sur le continent africain où une majorité de femmes donne naissance à domicile. Parmi celles qui survivent à cette épreuve, beaucoup en ressortent infirmes.

 

« Rares sont les chirurgiens à être suffisamment formés pour traiter cette lésion »

« Dans nos pays développés, nous opérons toute l’année dans les meilleures conditions, suivant les techniques les plus abouties. Pour nous, il s’agit d’un geste chirurgical intégré, connu et nos patient(e)s sont informé(e)s sur leur maladie. Pour les médecins africains qui nous demandent de venir opérer chez eux, il s’agit d’une occasion unique de bénéficier d’un accompagnement, d’une expertise qui leur fait défaut par manque de moyens et de connaissances. Quant aux patientes locales, elles arrivent souvent sans savoir que le mal qui les frappe est une pathologie, curable qui plus est. Elles nourrissent secrètement l’espoir d’être réhabilitées physiquement et socialement » explique Robert Andrianne, professeur d’urologie, chef de clinique au CHU de Liège et administrateur MDD.